Histoire

Le patrimoine culturel historique de La Voulte est inscrit dans son patrimoine bâti. Perpétuel gardien de la ville et de la vallée, le Château impose sa silhouette forte, massive.

Marché de la Voulte

Admirablement bien situé, construit à partir du seizième siècle et achevé à la fin du dix-septième siècle, ce bâtiment, bien que détruit à la fin de la seconde guerre mondiale, conserve de nombreux vestiges intéressants de l'art gothique avec de très belles fenêtres à meneaux, et de l'art renaissance avec ses arcades sculptées et son grand escalier. Ce Château connut très certainement un faste important ; la chapelle des Princes en est le témoin par sa décoration riche et surprenante de style maniériste (dix-septième siècle).

Après avoir appartenu au cours de l'histoire à de grandes familles, comme les LEVIS DE VENTADOUR, le Château est maintenant propriété communale.

Hôtel du rhône à la Voulte

Hôtel du rhône à la Voulte sur rhône en 1949

Au dix-neuvième siècle, La Voulte fut une importante cité minière et gardera sa vocation industrielle jusqu'en 1981, date à laquelle l'usine Rhône Poulenc Textile ferme ses portes. Les Hauts Fourneaux, situés dans le parc Baboin, sont toujours là pour rappeler la présence d'une importante usine de fonte. Aujourd'hui, la plupart des bâtiments de l'ancienne usine, dont les halles de coulée, relèvent plutôt de l'archéologie. Pourtant, l'agencement général du site industriel est encore aisément interprétable, grâce à la présence des hauts-fourneaux.

Photo de classe à La Voulte

L'ouverture des mines de fer en 1790 a permis de découvrir un site paléontologique à huit mètres de profondeur. Ce site datant du Jurassique (160 millions d'année) a été mis en valeur dans les années 1970 par le paléontologue Bernard Riou, d'où l'existence actuelle du musée paléontologique de La Voulte. L'exploitation du fer à La Voulte fut proposée par un paléontologue, ami du Conte de Buffon. L'ouverture des mines fut réalisée par un ingénieur géologue en 1790.

On ne peut pas parler de La Voulte sans parler du sport. LVS : ce sigle a porté hauts les couleurs de La Voulte pendant près de quarante ans, plaçant la petite ville ardéchoise sous les feux des projecteurs de l'actualité sportive.

1970 : Le LVS Rugby est sacré champion de France avec notamment les frères Cambérabéro.

Commentaires et annonces (11)

Publié par le lundi 19 septembre 2016 à 11:05

je suis d’accord mais je n'ai pas lu...

Publié par Patrick le samedi 14 mars 2015 à 16:43

Si Mr Brun est intéressé, Ma maman est née à La Voulte en 1920, y a grandi, avant de monter sur Lyon, et d'y passer une paisible retraite depuis les années 1970. Peut être pourrait elle apporter quelques connaissances sur La Voulte depuis 1920. A votre disposition pour contact.

Publié par M. STEMPERT Jacques le mercredi 20 aôut 2014 à 10:11

Re-bonjour,

J'ai omis une question : Avez-vous connaissance de la venue d'autre personnes à La Voulte vers 1860-1863 dans le cadre des activités métallurgiques ? si oui, combien ? leur origine ? voir leurs noms ?

Amicalement et partageant aussi le devoir de redonner vie aux liens du passé...

Jacques STEMPERT 55 ans, ancien et dernier sidérurgiste d'une lignée de 7 générations d'ouvriers métallurgistes lorrains (Villerupt-Longwy), en retraite du Ministère de l'Intérieur.

Publié par M. STEMPERT Jacques le mercredi 20 aôut 2014 à 10:04

Bonjour,
Dans le cadre de la préparation d'une conférence sur la saga famille sidérurgique lorraine (la mienne) durant les XIX et XX siècle, je suis venu deux fois à la Voulte au mois de Juillet, pour y relever les renseignements d’état civil concernant l'ouvrier tourneur Joseph STEMPERT vers 1862, pour travailler aux forges de la Voulte ; Marié à Delphine Olagnier en 1864, il a eu plusieurs enfants, trois filles et deux fils : Paul (1865) et Emile (1873)qui ont acquis un niveau d'ingénieur sans que JE NE PUISSE COMPRENDRE QUEL A ÉTÉ LEUR CURSUS SCOLAIRE, plusieurs hypothèses :

  1. Existait-il des accords spécifiques entre les Forges et des écoles renommées par l'entremise de dirigeants de l'usine, de l'instituteur ?
  2. La belle-famille de Joseph, les OLAGNIER avaient-ils les moyens financiers d'offrir une école de renommée, de type école centrale à Paul et Émile ?
  3. Avez-vous des informations spécifiques concernant cette interrogation ainsi que des photos ou dessins (École, Forges...) couvrant cette période (1880-1888) ?

A titre exceptionnel, pouvez-vous vous rendre à l'hôtel de ville pour me photographier l'acte de mariage de Joseph STEMPERT et Delphine OLAGNIER depuis le registre des mariages ? Celui-ci me servira pour ma présentation, me permettant de connaître les personnes présentes, d'utiliser les fac-similés des signatures... Merci d'avance En retour, je vous serais parvenir ma présentation concernant cette famille sidérurgiste lorraine venue en 1860 à La Voulte (renouveau des forges suivant procédé anglais) et repartie à la fermeture des Forges en 1889 pour Paris.

Publié par Moliere du Bourg le mercredi 04 juin 2014 à 13:47

Cher Monsieur Brun

Je vous remercie de votre gentille réponse reçue aujourd'hui le 03 Juin 2014.

Serais t-il possible de vous parler plus directement? vous pourriez me trouver a 'wallbridgeg@gmail.co' ou a 2 Wentford view, snowhill,Clare, Suffolk, CO10 8QG UK (01787 278431); cela me ferait énormément de plaisir de pouvoir enfin comprendre d’où je viens.
Je porte une bague au armoirie de la famille, mais véritablement cela ne me donne aucune réponse.

Espérant pouvoir avoir une communication avec vous, je vous remercie néanmoins sincèrement de votre première réponse.

Cordialement
Jeanne-Gabrielle Moliere du Bourg

Publié par philippe brun le samedi 26 octobre 2013 à 12:07

réponse (tardive) à jeanne gabrielle molière du bourg, que je suis heureux de saluer :
votre famille était très honorablement représentée à la voulte où elle s'est illustrée au cours des siècles (nombreux maires, officiers, alliances illustres) Fixée dans cette ville depuis le XVIIème siècle, elle a disparu vers 1914. La maison molière du bourg existe encore, dans son état d'origine (XVIIIème), avec son parc où figure un somptueux gingobiloba du XIXème siècle vous pouvez trouver des détails (armoiries par exemple) sur les ouvrages suivants :

-R. Villain : dictionnaire des noms de l'ardèche - F. Benoit d'Entrevaux : armorial du vivarais

J'ai aussi des documents sur votre famille (lettres anciennes).

Cordialement.

P. Brun

Publié par webmaster le samedi 08 octobre 2011 à 14:07

Bonjour Michèle,

Pour la famille Moise, je vous suggère de vous renseigner sur les communes trés proches dont le code postal est 26250 (Livron sur drôme, Loriol, etc.) dont le nom est encore bien représenté sur ces communes et en second lieu 26270 (beaumont les valence) qui sont situées à quelques km seulement de la voulte sur rhône mais de l'autre côté du rhône (dans la drôme). Quant au nom Issartel, il est toujours bien présent sur l'ensemble de communes 07800.

Publié par Michèle Girardin le samedi 08 octobre 2011 à 01:36

Une partie de ma famille vient de La voulte et Beauchastel. Je suis née avec le patronyme Issartel. J'ai commencé un arbre généalogique. Mon grand-père est né à La Voulte en 1885, c'était Charles Issartel; Mon arrière grand-père Constant Hyppolite Issartel était né à Beauchastel, et son père, Louis Moïse à La voulte; il s'est marié avec Marie Catherine Bonneton; le père de Louis Moïse s'appelait aussi Louis, je ne le retrouve pas à La voulte ni à Beauchastel;son épouse était Magdelaine Vérillon, que je ne retrouve pas non plus. C'étaient tous des gens très modestes. Quelqu'un peut-il me donner des pistes? J'habite en Lorraine, et ne suis jamais venue à La voulte. Merci d'avance!

Publié par jeanfrancois le mercredi 10 février 2010 à 08:41

Bonjour, Est il possible d'avoir une photo du monument aux morts de la commune ? Merci !

Publié par gwallbridge le jeudi 06 aôut 2009 à 00:48

je m'appelle jeanne-gabrielle moliere du bourg, pourriez vous me donner un peu d'histoire sur ce nom a la voulte, je comprend que m'a grand mère marie gabrielle moliere du bourg fut la dernière personne de notre famille a être née au château... pouvais vous m'aider? car je n'ai aucune idée de notre famille.. (excuser l'orthographe, ayant 63 ans j'ai quitter la France a l'age de huit ans pour l'Amérique) Merci de votre aide J-G Molière du bourg magherini

Publier un commentaire
Traitement en cours. Merci de patienter.
 
 
Connexion